jeudi 14 août 2014

Histoire de mon prolapsus génital, le colpocèle. Episode 1 : Découverte, interrogations et incertitudes

Changement de registre.
On va parler là tout de suite d'un truc bien perso et intime mais qui me désempare et qui, après quelques recherches sur le sujet, désempare et fait paniquer beaucoup d'entre nous !



Le prolapsus génital, plus communément appelé "descente d'organes".
Il s'agit tout bonnement de la dégringolade d'un ou de plusieurs de nos organes : la vessie, l’utérus, le rectum.
Pour moi c'est l'utérus, plus précisément un colpocèle, le prolapsus du fond vaginal.
Pour faire clair, j'ai mon col du l'utérus qui veut se faire la belle ! Ce con. Il est pas bien là où il est ?

Avant de commencer ce qui va être un des trucs les plus longs et perso que j'écrirai je pense sur ce blog, je ne suis pas à plaindre car il y a bien pire que moi. Je sais.
Je veux juste partager mon expérience et mon ressenti face à un truc qui vient de me tomber dessus et face auquel je me retrouve totalement décontenancée...comme tant d’autres.
Je souhaite te le retranscrire exactement comme je le vis, donc c'est clair et détaillé, sans chichi ni retenue et pas dans la dentelle.
Je veux pas non plus faire pitié ou je sais pas quoi de tordu, juste partager un vécu.
Car d'après ce que j'ai pu lire sur le net, il y a un sérieux manque d’information sur le sujet !
Alors si je peux avec mon expérience éviter un gros flip à juste une seule d’entre nous, Why not ?

Je vais le faire sous forme d'épisode "tranche de vie", pour pouvoir en suivre l'évolution.

Episode 1 : Découverte, interrogations et incertitudes

Vendredi 4 juillet.
La journée se termine enfin, il est temps d'aller me démaquiller et de prendre ma douche.
Comme souvent je blague avec ma fille derrière mon rideau douche, sans même penser aux gestes routiniers que je suis entrain de faire.
Poursuivant ce train train et en papotant toujours autant, c'est au tour de mon hygiène intime.
Mais là, mes doigts effleurent quelque chose qui envoie instantanément à mon cerveau embué par les vapeurs d'eau chaude un signal d'alarme !
La fraction de seconde qui s'en suit je sors de ma routine planplan à grands coups de battements cardiaques, de frissons, bouffées de chaleur et tremblements, à la limite du malaise...
Je m'arrête de parler, rince mes mains pleines de mousse, rince le reste aussi.
Prends mon courage à deux mains et espère de toutes mes forces avoir rêver...
Aller j'y retourne...
Bordel non j'ai pas rêvé : j'ai une boule à l'entrée de mon vagin.

Je demande à ma fille d'aller chercher son père, lui expliquant ce qu'y m'arrive (ma fille à quasi 18 ans hein), elle peut et même doit savoir que des trucs comme ça arrivent.
Je me sèche rapido, prend un miroir au passage et me dirige vers ma chambre.
Une fois allongée, je frise encore le malaise quand je vois cette masse, toujours là bien tranquille.
Je fais une pause en attendant mon homme, je lui fais le topo et il regarde à son tour puis me dit un : "Ça bouge..."
Moi : "Quoi ?"
Lui : "Quand t'as bougé elle est remontée"
Moi (reprenant mon miroir et regardant faire bouger ce truc) : "Mais c'est quoi ça !"
C'est vrai que ça bouge, quand je pousse elle descend et quand je contracte elle remonte.
La seule chose qui me "rassure" à ce moment, c'est que je n'ai absolument pas mal.
Mais bordel, hier soir je n'avais rien, c'est évident que je l'aurai sentie...une boule de la taille d'une petite noix !
Sur ce on a plus rien dit et j'ai repris le cour "normal" de mon vendredi soir mais avec la boule au vagin ventre...mais intérieurement les interrogations se bousculaient au portillon !
J'ai même angoissé d'aller faire pipi de peur qu'elle ne se barre ou sorte définitivement de mon corps ! J'ai retardé ce moment le plus possible et quand j'ai fini par y aller, je t'explique comme j'avais les jetons...

Cette soirée, je l'ai passé à me demander ce que ça pouvait être. J'aurai pu aller voir sur le net et taper les mots clefs "boule+entrée du vagin". Mais ça je m'y refuse.
Sur ce coup là, Google n'est pas ton ami je te le garantis ! Si j'y étais allée, en 2 clics c'est une myxomatose du foie de la tête que je me serai diagnostiquée...
J'ai préféré attendre.

J'ai envisagé les urgences, mais comme je suis quelqu'un qui ne s'inquiète pas vite et qui garde toujours l'aspect positif des choses en tête, aller aux urgences un vendredi soir me faire examiner dans ce lieu m'a paru totalement inenvisageable !

J'ai décidé d'aller dormir et de me rendre à la maternité direct le lendemain, sans passer par la case appel téléphonique (j'avais trop peur de me faire rediriger aux Urgences).
Alors j'ai rien du tout contre les Urgences, bien au contraire mais je ne sentais pas mon état suffisamment "grave" pour devoir subir ça, les Urgences quoi ! Moi ça me stresse rien que de le dire...

Après un bon gros dodo (ouais je suis une marmotte, même avec un truc entre mes jambes :D) et le stress encore du pipi et même du popo (triple stress : ben t'imagine si je pousse trop et que ça sort ?), la douche et de nouveau le toucher : Putain elle est toujours là mais cette fois pas dure, toute molle.
Ça remonte et redescend toujours mais en version mollasson...
Je te dirai qu'à ce moment là je me suis dit que ce ne devait pas être grand chose (on se rassure comme on peut) mais je me suis évidemment rendu à la maternité.
Une fois là-bas, une infirmière me demande le pourquoi de ma venue.
Je lui explique, elle comprend très bien mon désarroi et me demande de m’asseoir, on va venir s'occuper de moi.
Moi  en allant m’asseoir, c'est un ouf de soulagement que je pousse, on m'envoie pas aux Urgences et on va s'occuper de moi !
5mn plus tard, une sage-femme apparaît en m'expliquant que la gynécologue de garde ne peut pas se déplacer avant un moment mais que si je veux bien, elle va m’ausculter et ira rendre compte de mon état à la gynéco.
Moi : Oui bien sûr".
Tu parles, bien trop contente qu'on me prenne en charge si vite, JE VEUX SAVOIR CE QUE J'AI !!!!!

Je m'installe et réexplique dans les moindre détails.
Après un bataillon de question et une précision sur le fait que j'ai une tendance à faire des malaises lorsque je suis triturée dans cette zone, on passe à l'auscultation...
D'un côté, de l'autre, en avant  en arrière, avec ou sans le spéculum, elle m'explique que je n'ai rien de grave mais j'ai quand même un truc. Elle doit d'abord en parler avec la gynéco comme elle m'en avait averti.

Dans la vie "normale" je suis plutôt excessive. Je peux manger 4 Sneakers d'un coup, commencer à faire du sport et y aller 12 fois dans la semaine, acheter un crayon pour les yeux et finir avec dans ma salle de bain l'équivalent de 4 stands chez Séphora...
Mais quand j'ai de réelles difficultés ou décisions à prendre, je deviens raisonnable et là, la seule chose que j'ai retenue, c'est que ce N'EST PAS GRAVE ! Pas grave = pas vital = donc pas grave...OUF.

Oui mais alors c'est quoi ?
10 longues minutes avant son retour sans avoir l'ombre d'une toute petite idée.
La voilà, une ordonnance à la main.
M'explique que son diagnostic est validé par la gynéco qui ne juge pas nécessaire de me voir : J'ai un Colpocèle.
Moi : "Qu'est ce que c'est ?"
Elle : "Un colpocèle est une descente d'organe..."
C'est pas beau de couper la parole mais je l'ai fait.
Moi : "Une descente d’organe ? Mais c'est pas un truc qui arrive après la ménopause ça ? Quand on devient vraiment vieille ?"
Elle: "En principe c'est plus fréquent chez les personnes plus âgées mais il est assez courant de les voir chez les femmes enceintes, les personnes ayant subies une hystérectomie."
Moi : "Euh non mais moi j'ai rien de tout ça ! En plus, j'ai vu ma gynéco y a tout pile 1 mois pour un contrôle de routine et elle n'a rien vu du tout."
Moi : "Ce genre de chose arrive du jour au lendemain, parce que c'est mon cas là ?"
Elle : "Oui c'est possible, avez-vous beaucoup toussé ces derniers temps ?"
Moi : "Non."
Elle : "Vous portez des charges lourdes, que faites-vous comme travail ?".
Moi : "Euh, on peut pas appeler ça des charges lourdes car se sont des enfants, mais oui ils sont lourds, je suis assistante maternelle..."
Elle : "C'est certainement le facteur déclencheur, votre périnée doit aussi être relâché, ce qui est la cause principale de votre prolapsus. Je vous prescris 10 séances de ré-éducation périnéale, faite-les puis prenez RDV avec votre gynécologue ensuite, pour qu'elle contrôle le bon repositionnement de votre col."
Moi : "C'est juste ça ? Tout va rentrer dans l'ordre en faisant de la kiné ?"
Elle : "Oui certainement."
Moi : "D'accord. Merci beaucoup de m'avoir reçu si vite, au revoir."

En sortant de là, j'étais rassurée mais ça n'a pas duré plus de quelques minutes...
Alors oui ce n'était pas grave, mais si jamais les séances ne marchent pas, je vais pas rester avec ce truc entre mes jambes ad vitam æternam  !
Et cette paroi de mon moi intérieur qui prend l'air, elle va pas s'infectée puisqu’elle n'est pas sensée prendre l'air ? Et comment je vais faire avec les enfants ? Faut que je les porte moins, mais ça je peux pas ! Et si mon stérilet bouge puisque tout se fait la malle ? Et les câlins alors ? Et si et si et si...

Trop de questions m'ont envahies et le week-end a été très long...impossible pour moi de rester sans réponses, j'ai décidé d'aller voir ma gynéco le plus vite possible mais d'ici là, je vais contracter mon connard de périnée tout mou.

Lundi 06 juillet

A la première heure j'appelle la gyneco, coup de bol j'ai la secrétaire sans trop galérer, je lui explique et j'ai un RDV pour le lendemain soir, pas possible pour aujourd’hui...tant pis.
Ensuite j'appelle la kiné la plus réputée de ma ville dans ce domaine, verdict : 5 mois d'attente ! Je lui dit que je ne peux pas attendre et m'adresse à une consœur qui me fait quasi le même plan, qui m'adresse à une autre..., même topo.
Je me suis fait balader comme ça pendant 3 semaines alors que je devais commencer mes séances immédiatement !!! Jusqu’à tomber enfin sur une kiné qui m'a casé dans son planning...


Mardi 07 juillet

Je n'ai jamais été aussi heureuse de voir ma gynéco, limite je l'aurai serrée dans mes bras !
Je lui explique...
Et là je l'entend pas me dire que c'est très courant, qu'elle reçoit environ 6 à 8 femmes en urgences dans le mois qui se trouvent être dans le même cas que moi parce qu'elles s'inquiètent !
Euh pardon mais je comprend pourquoi elles flippent !
Je ne vis qu'en pensant à ça depuis 4 jours et je suis au bord de la crise de nerfs parce que j'ai une partie de mon corps qui veut se barrer et que je peux pas y faire grand chose à part serrer les fesses (contracter le périnée), chose que je fais depuis 4 jours aussi , tellement que je ne fais plus que ça !
Ce que je viens d'écrire, c'est mon moi intérieur qui aurait eu envie de lui balancer ça en pleine figure...

Je me suis contentée de lui dire ça :
Moi " Ha bon c'est courant ? Mais je ne savais pas ? "
Elle : "Oui et ce n'est pas grave. mais il y a un manque de communication sur le sujet, bien que c'est dernières années de la prévention soit dispensée."

Bon va falloir arrêter avec c'est pas grave ! Ça je sais merci, mais même si c'est pas grave, j'ai beaucoup de mal à avaler la pilule de devoir vivre avec une partie de moi, hors de moi surtout à cet endroit ! Merde.

Moi : "Oui je sais, la sage-femme me l'a dit, mais depuis j'ai une tonne de questions qui ont besoin de réponses, d'où ma venue."
Je lui parle donc du risque d'infection qu'elle balaye en me disant que je ne risque rien.
De la sensation d'être assise sur un culbuto, c'est normal, l’utérus pèse sur mon périnée, d'où cette impression.
Les câlins, oui on peut mais en position "classique" Alors même si j'en ai eu "l'autorisation" je fais clairement un blocage. J'ai une boule qui obstrue l'entrée de mon vagin ! Certes ce n'est pas douloureux mais c'est juste pas possible de passer outre ça ! Mon chéri est du même avis, trop inquiet qu'il est lui aussi, les câlins sont en pause...
Et mon stérilet, pas d’inquiétude puisque c'est tout mon utérus qui descend, il va suivre lui aussi ... No comment.
J'encaisse ce coup là sans broncher mais l'image de mon utérus qui essaie donc lui aussi de se barrer par là me fait froid dans le dos ! Pas d’inquiétude? Mon cul !

Elle m'ausculte et fait le même constat que la sage-femme, avec la même prescription.
Me demande mon âge, j'ai 38 ans et me dit un : on peut aussi envisager l’hystérectomie si rien n'y fait mais on en reparle pas avant 45 ans.

Je te l'ai dit plus haut, je suis raisonnable dans ces conditions là et je n'ai pas voulu en savoir plus sur cette opération que je sais radicale...Sur le fond c'est pas un souci pour nous car on ne veut plus d'enfant, mais sur la forme, ça reste une opération ! On va attendre de faire les séances de kiné hein !

Pour le moment, j'en suis au séance de ré-éducation du périnée mais ça ne se passe pas comme prévu...

Voilà c'est tout pour ce soir, je sais que c'est long et certainement barbant à lire (n'est pas maître de la plume qui veut) mais j’ai vraiment besoin d'en parler et surtout de transmettre mon ressenti que j'ai voulu le plus proche de la réalité possible (d'où le langage fleuri qui ponctue très souvent mon langage quotidien mais pas avec les enfants hein  :P).

Je ne pense qu'à lui, je ne sens que lui, il a pris une proportion énorme dans ma vie et pourtant, je ne savais pas que ça pouvait m'arriver.
Je sais bien que ce n'est pas grave (tant qu'il ne passe pas la frontière), mais c'est extrêmement déroutant de vivre avec une partie de soi qui est juste là, prête à se faire la malle...
Pourtant j'ai de la chance si je puis dire, la descente de l'utérus est celui qui des trois organes occasionnent le moins d'effets secondaires incomodants comme les incontinences. C’est vrai que je n'en ai pas.

Quel manque de communication sur ce sujet ! Ou bien c'est moi qui suis passée à côté ?
Je ne crois pas car lorsque j'en ai parlé à mon entourage, c'est bien le même genre de réaction que j'ai pu entendre...du style : "Mais de quoi tu me parles là ?"

On se retrouve très bientôt pour la suite mais pas que, je continue quand même mon petit bonhomme de chemin et te proposerai bien vite un maquillage clinquant ;).

Je fais du mieux que je peux pour faire abstraction de ce truc qui n'est pas grave, mais qui me pourrit la vie et me laisse dans l'incertitude.

Edit : tu peux retrouver <ICI> la suite et le 3ème épisode <LA>

Des bisous ;)
Rendez-vous sur Hellocoton !
SHARE:

12 commentaires

  1. Tous les vrais maîtres de la plume sont morts de toute façon, alors ne cherchons pas à rivaliser, ce que tu as écrit était clair, complet, et j'ai tout lu d'un coup, sans faire de pause pipi ou me chercher un truc à bouffer pour passer le temps :p
    Ça c'était pour la forme. Pour le fond, maintenant que j'en sais plus, ce qui me troue le cul, c'est la sage-femme qui te laisse repartir sans dire...ben sans rien dire en fait! Je sais pas, c'est pas comme si on était toutes supposer savoir ce qu'impliquait que son vagin décide d'aller prendre l'air!! C'est complètement flippant, je comprends que tu aies paniqué...
    Et tu as tellement bien fait de parler de ça, parce que oui, comme l'a dit ta gynéco, il y a un manque de communication à ce sujet, c'est certain. Et en parler comme n'importe quelle femme pourrait le vivre c'est toujours plus intéressant que d'aller sur wikipédia ;)
    Je ne sais pas quoi te souhaiter en attendant, parce que ne connaissant pas l’évolution de la chose, je ne voudrais pas gaffer.. :/ Mais en tous cas, bravo, parce qu'il faut quand même être courageuse pour oser parler de ce sujet que beaucoup considèrent comme tabou, car trop intime ou même un peu dégueu. On ne sait jamais, ça pourrait nous arriver aussi, et grâce à ton histoire, et ben demain, on se lèvera moins cons! ;)
    J'espère que cette saloperie de colpocèle arrêtera vite de te gâcher la vie, (et les calins, tout ça tout ça...^^)
    Gros bisous! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais je cherchais à rivaliser du tout, mais j'suis contente que t'es réussi à te retenir et à le lire d'une traite :D
      Ben en fait tu vois, il n'y a pas que la sage-femme. Ma gyneco aussi réagit exactement de la même façon, ça à l'air tellement anodin pour elle que je me suis même demandé si j'en faisait pas un peu beaucoup, je devais me ressaisir...mais les jours passent, j'apprend à vivre avec oui, mais je suis toujours autant désemparée ! On touche plus là au domaine de la psychologie ^^
      Et puis la sage-femme, elle m'a reçu en urgence et on a été plusieurs fois dérangé par une infirmière qui lui donnait des constantes. Alors oui elle aurait pu m'en dire plus mais j'étais tellement focalisée sur le fait que ce ne soit pas grave que j'ai pas posé trop de questions non plus...
      J'ai déjà pondu (t'as vu ? rapport à mon œuf que je couve tout ça :P) le deuxième volet que je posterai demain ou samedi mais à ce jour, mis à part que ça ne va pas mieux et que j'ai un truc qui s'est greffé au reste, je vais pas plus mal !
      J'ai rdv mardi avec ma gyneco pour qu'on parle opération si je dois l'envisager.
      Pour finir, je te dois un grand merci parce que c'est bien grâce à ton article que je me suis lancée, même si j'ai beaucoup hésité avant d'appuyer sur Publier...mon article est prêt depuis 1 bonne semaine...
      <3

      Supprimer
    2. Baaah mon article c'est rien, si j'avais pu écrire un truc du genre "comment se débarrasser d'un colpocèle rapidement sans douleur et définitivement" ça t'aurait été d'une plus grande aide!! Avoue que la coïncidence aurait fait peur!! :D
      Mais si ç'a t'a aidée à oser écrire à ce sujet je suis contente :)) Et pour le côté psychologique, malheureusement, je pense que tant que ce ne sera pas réglé, ou que tu ne seras pas fixée, ça va t'angoisser, et je ne peux que te souhaiter d'arriver à l'oublier un peu de temps en temps, même si ce n'est certainement pas la chose la plus facile au monde :/
      Bon, je file lire la suite, je suis à la bourre ^^ Bisous!

      Supprimer
    3. Oui carrément ! Mais au moins, ton article est tombé à pic et je viens de lire chez toi que tu trouvais que le traitement commençait à faire ses effets ?
      Oui tu as raison, je me languis et redoute ce rdv, d'abord parce que je déteste me faire triturer et aussi parce que je me demande ce qu'elle va envisager...
      Oh mais t'inquiète, y a des moments où je n'y pense pas et heureusement (comme quand j'essaie (en vain) de choisir ces foutus pigments :D ) ! Ça pourrait être bien pire...

      Supprimer
    4. (je m'y perds dans tous les commentaires..y'en a partout!! :D )
      Et oui je vois des effets pour la rosacée! Beaucoup moins de rougeurs, de sensations de feu. Les éruptions sont quotidiennes mais beaucoup plus discrètes et se sont déplacées exclusivement sur la zone T (va comprendre..)
      Par contre les cheveux...ben, c'est la période de shedding (ça tombe par centaines pour mieux repousser), et c'est plutôt effrayant tout ce que je peux perdre..mais je m'y tiens et je me dis que ça repoussera mieux par la suite!! :)

      ps: J-1!!! ;)

      Supprimer
    5. Ouais moi aussi, entre chez toi et chez moi je sais plus où j'écris !
      Ah la voilà la positive attitude (on devrait trucider Lorie) ! Je suis sûre que tu teins le bon bout et si celui marche pas, t'en feras un autre mais je croise les doigts très fort pour qu'un seul traitement soit suffisant...
      Oui J-1, je suis remontée comme un coucou ! J'ai fait ma 5ème séance de rééducation cet aprem et ma kiné m'a dit de bien préciser à la gynéco qu'elle ne pense pas que la rééducation doit être continuée puisque mon périnée est tonique, vérification faite tout à l'heure : + de 90% de tonicité...
      Elle a plutôt intérêt de pas me dire qu'elle voit pas quoi faire d'autres ma gynéco parce que ça va valser !
      <3

      Supprimer
  2. Coucou.

    Je découvre ton blog, mais pour le coup, avec un article si sensible.
    J'ai déja entendu parler de ce "gène" si on peux l'appeler comme cela, par la sage femme qui m'a fait la rééducation du périnée.
    Mais je ne pensait pas que cela pouvais arriver comme cela, si rapidement.

    En tout cas, je tiens à te féliciter pour ton article, et d'avoir franchi ce tabou. Certes, nos blogs de beauté sont futiles, mais on reste des femmes qui parle aux femmes, donc ce genre de sujet n'a pas à rester tabou.

    J'espère que vous trouverez une solution, pour toi surtout.

    A bientot
    Caroline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Caroline !
      Oui...c'est clair qu'on pouvait faire un peu plus léger comme sujet pour faire connaissance ! Mais au moins tu sais tout et je n'ai plus grand chose à te cacher :D
      La kiné qui me fait ma ré-éducation m'a confirmé également que maintenant l’information circulait bien mieux qu'il y a quelques années, les tabous se levant petit à petit.
      Merci beaucoup pour ton soutien, j'ai longtemps hésité à le publier et je te rejoins sur le fait que nos blogs beauté, abordant des sujets souvent légers, peuvent aussi traiter de choses bien plus sérieuses.
      Je te remercie pour ton soutien et espère quand même que tu reviendras par ici, car d'habitude ici on papote surtout de fards à paupière, de rouges à lèvres et de trucs hyper colorés !
      Séverine
      PS : J'en profite du coup pour te remercier pour ton abonnement à Hellocoton et à ma page Facebook ;)

      Supprimer
  3. Bonsoir Sévrine,

    ton article me fais froid dans le dos (pardon ...). Tu vois, je suis infirmière et malgré ça, même si je connais bien le prolapsus, je ne pensais pas que c'était si courant aussi jeune. Parce que 38 ans c'est jeune ( et c'est mon age aussi, en plus d'avoir eu des jumeaux, bonjour le transfert que je fais).
    L'hystérectomie me parait une mesure un peu disproportionné. Muscle bien ton utérus ainsi que ton périné, tu sais: ferme les portes des deux cotés -> <- puis du haut vers le bas dés que tu y penses.
    Je pense à toi bien fort. Donne nous des nouvelles.
    Bises.

    Dounia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Dounia,
      Je suis désolée de t'inquiéter...
      Que tu me dises être infirmière et que toi aussi tu sois surprise que le prolapsus soit assez courant chez les personnes jeunes (on est d'accord que 38 ans c'est pas vieux) ben tu vois, ça me conforte dans le fait d'en avoir parlé de façon aussi "ouverte" !
      Oui moi aussi, quand elle m'a parlé de cette opération je n'ai vraiment pas relevé et j'espère qu'il existe d'autres options moins invasives si la ré-éducation n'a aucun effet (la kiné a de sérieux doutes d'ailleurs).
      Je t'assure que je contracte mon périnée et tout ce que je peux dès que possible et à chaque fois que fournis un effort mais (je vais en reparler dans la deuxième partie) à la première visite chez la kiné, elle a constaté que mon périnée était bien tonique à 4/5 ! C'est pour cette raison que je retourne voir ma gyneco mardi car pour l'instant il n'y aucune amélioration.
      Ne t'inquiète pas ! Je vais ceci dit très bien ;)
      Bisous

      Supprimer
  4. Salut Séverine ...punaise ça fait flipper tout ça ...comment ca va maintenant que nous sommes fin octobre ?
    tu sais me semble qu'il existe une opération qui vise à remonté l'utérus avec des "elastique" je crois ...
    renseigne toi ...tu ne peux pas rester comme ça ...tu es jeune et jolie ...ce serait dommage...

    en tous les cas merci pour ton article ...au plaisir de te voir aussi sur Mac addict ;-) - pellegrino

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de relire mon article du coup^^ et c'est vrai que lorsque je l'ai écris je ne savais pas du tout ce qui m'attendais, alors j'ai flippé !
      Maintenant je sais qu'une opération m'attend, programmée pour le 15 décembre.
      Oui il existe bien cette intervention qui consiste à fixer l'utérus à l'aide de bandelette mais mon chirurgien me l'a déconseillé car il y a pas mal de rechute, la convalescence est longue (le temps pour le corps de coloniser les bandelettes afin d'en assurer la tenue) et qu'en plus je ne souhaite plus avoir d'enfant, pour moi c'est l'hystérectomie du coup, comme ça plus de risque de me retrouver dans le même état, alors non je ne vais pas rester comme ça !
      Ne me remercie pas, je trouve normal de partager son vécu dès lors qu'une autre personne peut être touchée, elle pourra ainsi se sentir moins isolée et qui sait, peut-être un peu rassurée...
      J'ai depuis rédigé l'épisode 2 et 3 et je me rends compte que je n'ai pas mis à jour cet article vers le lien n°3, je vais corriger ça de suite !
      Ahhh le forum Mac addict, c'est l'entre de tous les vices pour quelqu'un comme moi ! J'y vais très souvent mais oeuvre en sous-marin et en mode furtif, vite fait pour me tenir à jour quand même car à chaque fois que j'y reste trop, je repars avec l'envie d'un truc à acheter :D

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
© Pimpante et Rafraîchie !. All rights reserved.
Blogger templates by pipdig